Horloge       La traction du Val de Sarre , dernière mise à jour le 26 juin 2023

Sommaire : page 1  

Année 2012 (suite )

On passe au remontage de la direction, révisée en 2009 .

[ Image ]

La colonne de direction passe dans le jambonneau gauche. . L'ouverture dans le jambonneau n'était pas obturée , ce qui a permis l'intrusion de la boue et des projections diverses, responsables de la corrosion importante du plancher du jambonneau .

[ Image ]

Pour éviter que cela se reproduise , il faut mettre en place , un cache en caoutchouc

[ Image ] [ Image ]

La mise en place ne pose aucun problème, pour peu que la caisse se trouve à une hauteur suffisante du sol ( 55 cm ) . L'ensemble est maintenu par 4 vis, dont les arrêtoirs ne sont ici pas encore rabattus

[ Image ] [ Image ]

La bague caoutchouc qui guide l'arbre de commande dans le tube fixe au niveau du tableau de bord est dans un triste état .

[ Image ] [ Image ]

La mise en place de la nouvelle , enduite d'un peu de savon , prend quelques minutes ( malheureusement la photo est de piètre qualité )

[ Image ]

On peut alors poser le moyeu de volant, en n'oubliant pas la clavette

[ Image ] [ Image ]

Les barres latérales ne sont pas encore en place

[ Image ]

Les barres sont fixées, mais pas encore règlées . Il faut tenir compte de plusieurs contraintes : les roues, et donc les tambours doivent être parallèles,il faut répartir de manière égale l'engagement du filetage dans l'embout à chaque extrémité et la longueur "entre embouts" doit être égal à gauche et à droite .Le règlage du parallèlisme se fera en temps utile sur le banc d'un professionnel, à ce stade,il s'agit seulement de dégrossir en vue de pouvoir déplacer la voiture dans des conditions correctes .

[ Image ]

J'ai dans un premier temps fabriqué un outil qui s'inspire de la pige MR 3340 ( planche 96 du dictionnaire des réparations) , qui reprend les cotes indiquées mais qui est utilisé lorsque les barres et les rotules sont en place .

[ Image ]

Les images suivantes permettent de comprendre la méthode

[ Image ] [ Image ]

Pour obtenir des roues sensiblement parallèles, j'ai aussi procédé comme suit . J'ai fixé 2 fers cornières bien rectilignes sur les tambours

[ Image ] [ Image ]

Avec un mètre ruban, il est alors facile de vérifier que les tambours sont parallèles . Je ne sais pas si cela est possible sur une caisse d'après-guerre .

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Les rotules sont fixées définitivement sur le levier d'accouplement après dégraissage à l'alcool .

[ Image ] [ Image ]

Sur le tambour avant gauche, un toc de roue est en très mauvais état et doit être remplacé

[ Image ]

Les tocs sont soudés sur la face interne du tambour.

[ Image ] [ Image ]

Une petite incision avec la mini meuleuse, et je pensais que le toc sortirait sans problème

[ Image ]

Mais même en pressant très fort à l'aide d'un serre-joint il n'y a rien à faire.

[ Image ]

En fouillant un peu dans la documentation, j'ai découvert que le toc était serti sur le tambour . Après l'avoir scié à ras , pointé le mieux possible et percé à des diamètres de plus en plus grands, j'ai fini par réussir à l'extraire

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Le moignon restant

[ Image ]

Sur cette photo, on voit bien au niveau de l'alésage du toc que le tambour est fait de 2 parties : la partie moyeu qui entraine la roue et la partie tambour qui la freine . La liaison étant assurée par le sertissage des 5 tocs ( mais aussi par les 5 écrous de roue ).

[ Image ]

Le toc de remplacement . Le même en place

[ Image ] [ Image ]

Pour le sertir, j'ai tourné un outil artisanal

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Le sertissage , même sans presse ne pose guère de problème . Je reste néanmoins dubitatif quant à la qualité de l'acier constituant le toc . Heureusement les 4 autres tocs de ce tambour sont encore en bon état .

[ Image ] [ Image ]

Une petite soudure à l'arrière pour empêcher que le toc ne puisse tourner, sinon bonjour l'angoisse lorsqu'il faudra démonter la roue .

[ Image ]

Je profite des beaux jours pour faire un peu de peinture : l'intérieur de la porte de malle qui avait été traitée au pinceau avec un enduit de derrière les fagots et qui m'a demandé plusieurs heures de décapage . La calandre, et la partie centrale des chevrons

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

J'en profite pour refaire le contour extérieur de la plaque de police qui présentait quelques éclats et quelques autres petites pièces

[ Image ] [ Image ]

Avant remise en place , je traite aussi les pièces en bois de hètre qui supporte le ciel de toit . Contrairement à la structure en bois de la banquette arrière, ici pas une attaque de ver, mais un traitement préventif ne peut pas faire de mal . Un détail qui a frappé l'ébéniste amateur que je suis à mes heures perdues : certaines pièces sont travaillées plutôt grossièrement , origine ou réparation à l'emporte pièce ?

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

On repasse sous la voiture pour remettre le réservoir en place . Pas facile quand on est tout seul . Finalement en le calant avec ce qui tombe sous la main, on y arrive quand même

[ Image ] [ Image ]

Les sangles sont en place au prix de quelques efforts supplémentaires

[ Image ]

Ne reste plus qu'à relier à la conduite et à brancher les fils de la jauge .

[ Image ]

Pour "trente-huitiser" mon véhicule, il me faut aussi changer le compteur . Le compteur doit comporter une montre intégrée, ce qui n'est pas le cas du compteur originel . J'ai trouvé chez un revendeur qui propose souvent sur le net ce genre d'éléments, le bon modèle, mais hélas un peu défraîchi

[ Image ]

Le flexible de mise à l'heure de la montre est arraché. J'ai une autre montre identique avec le flexible en place, mais comme je ne sais pas si l'une comme l'autre fonctionne , je reporte à plus tard une éventuelle permutation .

[ Image ]

Les 2 compteurs ont beaucoup d'élements communs et donc interchangeables . Je démonte la façade avant

[ Image ]

Je ne veux pas être taxé de fraudeur, je choisis donc de conserver l'ancien totalisateur de km.

[ Image ]

La jauge à essence fonctionnait sur l'ancien compteur, je la conserve aussi

[ Image ] [ Image ]

Un nettoyage poussé de la vitre et du cadre chromé , un petit peu de peinture blanche sur les aiguilles, vérification des ampoules d'éclairage et on se retrouve avec un compteur quasi neuf . Il est prêt à être posé .

[ Image ]

Pour ne pas sombrer dans la monotonie, quelques travaux sur le moteur . il reste à fixer le carter de distribution . Quand j'ai refermé le moteur,il y a de ça quelques semaines, j'ai serré les écrous de l'arbre à cames et du vilebrequin au couple, mais sans rabattre les arrêtoirs, au cas où . On commence donc par là .

[ Image ]

Petit problème avec le joint .Une fois de plus, la refabrication n'est pas à la hauteur des attentes . Le joint déborde largement du carter, les trous pour les vis sont très approximatifs .

[ Image ] [ Image ]

Du fait de cette largeur excessive,il faut découper un peu le joint au niveau de la plaque de fermeture du bloc ( ouverture propre au bloc de HY) .

[ Image ]

Un peu d'hermétic pour assurer l'étanchéité .

[ Image ] [ Image ]

On n'oublie pas de mettre de l'hermétic sous la tête des 3 vis qui débouchent dans le bloc.

[ Image ]

On serre les vis à 1,5 m.kg.Le joint déborde beaucoup, il faudra jouer du cutter .

[ Image ] [ Image ]

Il reste à fixer la butée arrière. Comme c'est un élément important pour la suspension du groupe propulseur, j'ai décidé de remplacer l'existant, en état correct, par du neuf . A part une différence d'épaisseur, ça ressemble pas mal .

[ Image ] [ Image ]

Cependant première surprise, les vis de 10 ne passent pas dans l'alésage de la refabrication.

[ Image ]

Ce n'est pas tout . En appliquant la butée sur son emplacement sur le carter, elle ne se met pas en place complètement , contrairement à la pièce d'origine.L'explication se trouve au niveau de l'embouti de la tôle qui n'est pas adaptée . Finalement je n'avais d'autre choix que de remonter l'ancienne butée .

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Moralité( on va me dire que je me répète) : Une pièce d'origine , même partiellement usée vaut mieux qu'une mauvaise refabrication . J'ai relevé le même problème sur le site d'un passionné bien connu roulant en cab . Je pense que nos pièces ont la même origine, c'est à dire que parties vraisemblablement d'extrème-Orient, elles ont transité par la Belgique .

Pour continuer à travailler sur le moteur,en particulier la pose du volant moteur et de l'embrayage, il faut le séparer de son support et l'installer sur un chariot . Avec la grue d'atelier , c'est un jeu d'enfant , même pas mal au dos ! .

[ Image ] [ Image ]

Le faisceau électrique déjà largement remanié, sans doute dans les années 50 , est en très mauvais état . Pour une question de fiabilité et de sécurité, il fallait le rénover complètement .

[ Image ]

cliquez sur le lien suivant pour découvrir les différentes étapes de la réfection du faisceau électrique .

Lors de la réfection des freins, je n'avais pas fixé de manière définitive les tambours, car en cas de fuite sur un cylindre de roue, je ne voulais avoir à arracher le tambour pour y remédier . Quelques semaines ayant passé, je peux déposer les tambours pour une inspection visuelle : tout va bien ,pas de trace de fuite.

[ Image ]

Il faut d'abord s'assurer que le moyeu-tambour porte bien aux 2 extrémités : je n'ai pas de bleu à ma disposition pour enduire la fusée, mais un peu de craie fera ici l'affaire .

[ Image ]

A priori le moyeu-tambour porte bien de chaque côté

[ Image ] [ Image ]

Puis nettoyage à l'alcool de la fusée, de l'alésage du moyeu et de la portée de freinage sur le tambour .

[ Image ]

Mise en place de la clavette.

[ Image ]

On met le tambour en place et on vérifie que la clavette est restée en place avec une tige de 2 mm introduite dans la rainure du moyeu .

[ Image ]

Les marques ,laissées par l'emploi du marteau et du burin ,qu'on peut voir sur l'écrou,me laisse dubitatif . Le ou les mécanos qui ont assuré l'entretien de ce véhicule étaient vraiment des amateurs . On n'oublie pas de graisser l'écrou sur sa face interne avant de le remonter.

[ Image ]

Pour le serrage , je procède en 2 étapes : après avoir immobilisé le tambour avec mon outil-maison, je serre à 20m.kg avec la clé dynamométrique ( elle ne va pas plus haut )

[ Image ]

Puis avec mes quelques 80 kg, je monte sur l'extrémité de la rallonge de la clé qui fait 40 cm , ce qui nous donne un couple sans doute peu éloigné des 30 m.kg requis .

[ Image ]

A l'arrière aussi il faut finir le travail: serrage de l'écrou du moyeu à 10 m.kg pour mettre en place les roulements , puis desserrage d'un quart de tour

[ Image ]

mise en place de la goupille, puis remplissage du chapeau de moyeu avec de la graisse ( 80 g), et serrage à 5m.kg ( là j'ai oublié de prendre une photo).

[ Image ]

On revient au moteur avec le montage du volant moteur : c'est un volant alourdi. Ce volant est normalement fixé sur un vilebrequin de Traction avec des vis de 8x125 . Le vilebrequin de HY est taraudé à 10 x125 . J'ai donc repercé les 6 alésages de fixation du volant à 10 mm . Pour le reste , cela m'a l'air parfaitement compatible, en particulier l'un des trous est décalé à l'identique sur le vilebrequin et sur le volant .

[ Image ]

Sur la photo, avant montage, reprise des trous taraudés de fixation de l'embrayage .

[ Image ]

Les vis de fixation , quant à elles sont assez particulières : tête extra plate, et pas peu courant : 10x125 . Comme le nouveau volant est plus épais que l'original, elles sont trop courtes de quelques 5 mm . Pas facile à trouver chez le quincailler du coin .J'ai fini par en trouver sur un site de vente en ligne en classe 8,8 , mais il a fallu adapter la longueur .

[ Image ] [ Image ] [ Image ] [ Image ]

Montage à blanc : Ca passe tout juste entre le bloc moteur et le volant.

[ Image ]

Ca passe encore de manière plus juste entre le volant et nez de démarreur. Cela m'a au moins permis de vérifier qu'il n'y avait pas de faux rond . Par sécurité, j'ai limé un peu le nez de démarreur .

[ Image ]

Puis montage définitif, un peu de frein filet sur les vis.

[ Image ]

J'avais oublié de commander un arrêtoir : tant pis pour moi, j'ai dû me résoudre à en confectionner un dans une tôle de 1mm à partir de celui que j'avais démonté. Scie sauteuse, cisaille et lime aidant, ce n'est pas très compliqué. Le Dictionnaire des réparations préconise de serrer à 2,5 m.kg pour des vis de 8 mm . Comme les miennes font 10 mm, j'ai serré un peu plus fort , 4 m.kg

[ Image ]

On n'oublie pas de rabattre l'arrêtoir.

[ Image ]

Maintenant que le volant moteur est monté, je peux faire tourner l'arbre à cames et procéder au premier règlage des culbuteurs . C'est plus facile à tourner quand on enlève les bougies !

[ Image ]

Le mécanisme d'embrayage, provenant d'un HY , est remplacé par celui provenant d'une Traction .

[ Image ]

Le lien suivant mène à la page où cette opération est décrite ...embrayage... .

Pour changer de la mécanique, on passe à l'intérieur. Les encadrements de fenêtres ont été repeints dans un coloris assez incertain . La peinture a écaillé en de nombreux endroits et des traces de rouille sont apparues .

[ Image ] [ Image ]

On ne change pas une méthode qui gagne : décapage électrolytique avec mon vieux chargeur de batterie .

[ Image ]

Ca fonctionne plutôt bien avec la couche de peinture externe. Pour l'apprêt, il faut insister quelques heures de plus

[ Image ] [ Image ]

Là c'est encore plus net.

[ Image ] [ Image ]

Le décapage est terminé . Non, vous ne voyez pas double : j'en profite pour faire en même temps les encadrements de fenêtres de la 7 dans le but d'optimiser les temps et les produits de peinture .

[ Image ]

Pour 2 éléments de la 7, démontés et stockés dans de mauvaises conditions pendant des années, la rouille a attaqué en profondeur. Un peu de mastic sera nécessaire .

[ Image ] [ Image ]

Les encadrements de la 11 ont été repeints avant que j'en sois devenu le propriétaire . Sur le métal mis à nu d'un des éléments j'ai trouvé ceci

[ Image ]

On voit distinctement les lettres HL ,ce qui a priori ne m'évoquait rien. Intrigué, je regardais de plus près les 3 autres éléments

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Mais bon sang, mais c'est bien sûr,... Evidemment en Français cela ne correspond à rien, mais si on se souvient que la région a connu une histoire tourmentée et que certaines générations ont vécu sous l'administration d'outre-rhin et pratiquaient donc la langue de Goethe . HL "hinten links" , HR "hinten rechts" , LV "links vorne" et RV "rechts vorne" . Pour les non germanophones, tout bêtement arrière gauche, arrière droit, avant gauche et avant droit . Un détail qui m'interpelle tout de même :quel est l'intérêt de repérer ainsi les éléments , si après mise en peinture , les repères ne sont plus visibles ?

C'est prêt à peindre : les cornières à l'arrière plan ont gardé la trace de la mise en peinture des jantes

[ Image ]

C'est apprêté.

[ Image ]

La couleur utilisée : bruyère RAL 8019 . Il ne restera plus qu'à poser

[ Image ] [ Image ]

La suite, très bientôt.

retour à la page 1: ici

retour à l'accueil : ici

 

© 2010 | page d'accueil | nous contacter | réalisation | 35.43 ms