Horloge       La traction du Val de Sarre , dernière mise à jour le 25 janvier 2021

Sommaire :

directement vers : côté boite côté roue2    

Démontage-nettoyage-remontage du cardan côté roue

Le cardan côté roue comporte 2 croisillons reliés par une mâchoire double .

[ Image ]

Au vu de l'aspect extérieur, la révision s'impose vraiment pour le cardan de droite .

[ Image ] [ Image ]

Encore une fois, on commence par retirer les segments d'arrêt des coussinets . Cette opération peut générer un peu de casse

[ Image ] [ Image ]

Ensuite nettoyage soigné de l'alésage des coussinets. J'ai testé différents outils pour ce travail.

[ Image ] [ Image ]

On peut contrôler la qualité du nettoyage avec un coussinet propre .

[ Image ]

Si l'on n'est pas pressé, on peut laisser mariner quelques temps avec du dégrippant, cela ne pourra que faciliter l'extraction des coussinets .

[ Image ]

Le croisillon ayant du jeu autour de la rotule centrale, on peut aussi le déplacer latéralement de quelques mm en tapant par l'intermédiaire d'un tas improvisé . Cela permet de décoincer les coussinets grippés dans l'alésage .

[ Image ]

Dans un premier temps, on cherche à séparer la fusée de la mâchoire double . Si on a consciencieusement respecté les étapes précédentes et si on a un peu de chance, le coussinet sort facilement en le repoussant vers l'extérieur à l'aide d'un tournevis

[ Image ] [ Image ]

On extrait dans la foulée le coussinet à l'opposé du premier . A l'intérieur du coussinet, on trouve 25 aiguilles

[ Image ] [ Image ]

Il suffit maintenant de repousser un peu le croisillon d'un côté et en l'incliner de telle manière à ce que le tourillon sorte de la machoire double par le dégagement prévu à cet effet . Le croisillon libéré, on peut alors retirer la fusée qui sort avec le croisillon et la rotule .

[ Image ] [ Image ]

Sur cet autre exemple, on peut voir qu'il n'est pas nécessaire de sortir complètement le coussinet de la mâchoire . On peut aussi voir qu'ici la coquille de protection de la rotule s'est dessoudée dans sa partie centrale .

[ Image ] [ Image ]

Malheureusement , les coussinets ne sortent pas toujours aussi facilement que décrit plus haut . Avant de pouvoir insérer la lame d'un tournevis, il faut souvent décoller la cuvette en tôle . Un bon vieux opinel fait parfaitement l'affaire

[ Image ]

Pour pouvoir extraire les coussinets en les repoussant vers l'extérieur sans prendre appui directement sur les cuvettes d'étanchéité, j'ai fabriqué des demi-lunes, à partir de rondelles de 16.

[ Image ] [ Image ]

A partir d'une clé plate de 17 meulée en biseau, j'ai confectionné un outil sur le principe d'un chasse-rotule à frapper .

[ Image ]

En enfonçant le "chasse-coussinet" entre croisillon et coussinet et en insérant progressivement les demi-lunes sous le coussinet , on finit par l'extraire .

[ Image ] [ Image ]

Non sans mal, on finit par extraire tous les coussinets, côté bras de commande et côté fusée.

[ Image ] [ Image ]

Cela m'a quand même pris quelques heures pour en arriver là .

[ Image ]

Ca en fait des aiguilles à nettoyer .

[ Image ]

Quelques cuvettes en tôle n'ont pas résisté au démontage .

[ Image ]

Non, non, ce ne sont pas des roues dentées mais bel et bien des coussinets et des tourillons . Ca devait grincer un peu !

[ Image ] [ Image ]

Avant d'aller plus loin dans le démontage et le nettoyage, il parait judicieux de de contrôler les différents éléments et de vérifier s'ils sont encore en état et susceptibles d'être réemployés. Il faut donc regarder de près les tourillons des croisillons, les coussinets, mais aussi les fusées . Les filetages , de l'écrou du roulement intérieur et de l'écrou de serrage du tambour, sont dans l'exemple de la photo en bon état .

[ Image ]

Pour vérifier les portées coniques de la fusée, j'ai pris un tambour de la 7 que je sais en bon état . Un peu de craie dans l'alésage du tambour et on serre la fusée dans le tambour.

[ Image ] [ Image ]

Voilà une fusée bonne pour le service ,

[ Image ]

contrairement à celle de droite , du métal a été arraché , ce n'est plus que de la ferraille .

[ Image ]

Quant à la troisième, au vu de la portée, elle ne m'inspire pas du tout confiance . Au rebut !

[ Image ]

Pour accéder à la rotule creuse, pour la démonter ou plus simplement pour la vérifier et la nettoyer , il faut enlever la coquille de protection de cette rotule . On commence par fixer la fusée, par exemple dans un étau .

[ Image ]

Les cuvettes d'étanchéité à chaque extrémité de la coquille sont soudées à l'étain . Il suffit de dessouder celle qui se trouve sous la rotule . Evidemment la chaleur se propageant dans le métal, l'étain coule d'un peu partout . Attention, la coquille étant bourrée de graisse, il peut y avoir des projections : lunettes et gants obligatoires pour cette opération . Personnellement, pour être plus tranquille, j'ai vidé au préalable la coquille de sa graisse et dégraissé à l'essence .

[ Image ]

Sous la cuvette en tôle, il y a une rondelle épaisse qui est emmanchée à force dans la coquille . Il suffit de repousser cette rondelle avec un tournevis pour libérer la coquille .

[ Image ]

Voilà c'est fait .

[ Image ]

Sur cet autre exemple, j'ai dessoudé les cuvettes aux 2 extrémités . On voit que le joint en liège souffre de la chaleur apportée pour dessouder les cuvettes . On verra par la suite qu'on peut remplacer le joint au dessus de la rotule sans avoir à dessouder la cuvette correspondante .

[ Image ]

Avant de poursuivre, nettoyage minutieux des différents éléments et mise en peinture

[ Image ]

Les joints en liège des cuvettes sont pour la plupart d'entre eux en piteux état . Comme ils retiennent la graisse des aiguilles dans le coussinet, graisse qui ne peut être remplacée qu'en redémontant le coussinet , il vaut donc mieux veiller à ce que les joints remplissent leur fonction . Dans la plupart des cas, le liège s'est en partie désagrégé, et il devient impossible de démonter proprement les joints .

[ Image ] [ Image ]

Le catalogue des pièces détachées donne les dimensions du joint de liège : 19,2 x 25,4 x 3. Evidemment , aucun revendeur ne propose ce genre de joint . La solution est donc de les confectionner moi-même . Je dispose d'une boite d'emporte-pièces "made in RPC " qui me dépanne de temps à autre . Une plaque de liège de 3 mm et c'est parti .

[ Image ] [ Image ]

En quelques minutes, on a assez de joints pour reconditionner une transmission complète .

[ Image ]

Il y a bien quelques ratés,

[ Image ]

mais au final, la fabrication est validée .

[ Image ]

Ici on peut voir les 240 pièces ( dont 200 aiguilles ) qui constituent le cardan côté roue.

[ Image ]

Quelques coups de pompe à graisse pour chasser la vieille graisse de l'axe de rotule .

[ Image ]

La rotule sphérique est remise en place sur la rotule creuse .

[ Image ] [ Image ]

Plutôt que de remettre des joints en liège, certains choisissent des joints toriques en nitrile

[ Image ]

A gauche les joints de dimension 20 x 2.65 pour les cuvettes des coussinets de croisillon et à droite les joints de 19 x 3.15 pour les cuvettes des coquilles d'étanchéité . Merci à Nicolas, alias Lanav72 du forum GMT, pour les dimensions de ces joints . J'en ai acheté des 2 modèles , mais en principe, je n'en monterai que sur les coquilles d'étanchéité, les autres c'est pour le cas où ...

[ Image ]

Sur les fusées pour lesquelles les croisillons sont encore en bon état , je ne démonte pas les rotules . Mais comme j'ai dessoudé les coquilles d'étanchéité, il faut remplacer les joints qui ont brûlé , sous l'effet de la chaleur du chalumeau . Comme il faut passer par dessus la rotule creuse, il n'est pas possible d'utiliser un joint en liège qui n'est pas élastique . Les joints nitrile sont ici indispensables . Il faut les placer entre la "rondelle épaisse" et la cuvette en tôle

[ Image ] [ Image ]

A l'autre extrémité de la coquille d'étanchéité, je n'ai pas dessoudé la cuvette en tôle .

[ Image ]

En effet, on peut glisser le joint sous la cuvette en place

[ Image ] [ Image ]

Remise en place de la coquille d'étanchéité : la "rondelle épaisse " est enfoncée à force dans la coquille .

[ Image ]

Comme j'ai mis des joints toriques en nitrile, je préfère ne pas ressouder à l'étain de peur de les déteriorer . Après avoir soigneusement dégraissé, je colle à l'araldite, de toute façon, les contraintes sur cette cuvette sont peu importantes .

[ Image ]

Il faut ensuite bourrer la coquille de graisse en évitant de remplir l'alésage de la rotule sphérique .

[ Image ]

Les coussinets sont prêts à être remis en place .

[ Image ]

On n'oublie pas de remplir de graisse adhésive les alésages des croisillons .

[ Image ]

On commence par remettre les coussinets sur la fusée .

[ Image ]

Ensuite , on monte la mâchoire double sur la fusée . Si la mâchoire double a deux diamètres extérieurs, le plus grand diamètre doit être monté de préférence côté fusée .

[ Image ] [ Image ]

Il suffit d'incliner le croisillon pour l'introduire d'un côté dans la mâchoire double

[ Image ] [ Image ]

On vérifie minutieusement que les segments d'arrêt sont bien engagés dans la gorge .

[ Image ]

Il reste à remettre l'arbre de commande sur la mâchoire double . Cette opération est plus facile à réaliser quand toutes les pièces sont en position verticale . Il suffit de fixer la fusée dans un étau .

[ Image ]

On commence par introduire partiellement un tourillon du croisillon de l'arbre de commande dans la mâchoire double . En même temps, il faut en tâtonnant engager l'axe de rotule dans l'alésage de la rotule sphérique , tout en engageant le tourillon opposé dans la mâchoire . Cette opération est assez délicate et comme la rotule sphérique a tendance à se dérober et à tourner lorsque introduit l'axe de rotule, il faut s'y reprendre à plusieurs fois avant d'y parvenir .

[ Image ]

Voilà c'est fait . Il ne reste qu'à vérifier qu'il n'y a ni jeu ni point dur . Un premier cardan côté roue est prêt à monter ! .

[ Image ]

Au final, après avoir remplacé certains croisillons ( voir page 3 de ce document), j'ai réussi à obtenir 4 cardans complets . Les fusées des 2 autres étant hors d'usage, ils ont servi de banque de pièces .

[ Image ]

retour à la page précédente: cardans  

retour à l'accueil : ici

© 2010 | page d'accueil | nous contacter | réalisation | 8.51 ms