Horloge       La traction du Val de Sarre , dernière mise à jour le 25 janvier 2021

Mise en place de la toile de pavillon


Sur les berlines légères antérieures à 1939 , la toile de pavillon ou ciel de toit reste limitée au toit alors que sur les modèles postérieurs, elle recouvre aussi les custodes et la lunette arrière . La pose dans mon cas est donc simplifiée . Pour commencer , quelques photos pour rappeler l'aspect de cette toile au moment ou j'ai démarré la restauration de la voiture en 2009 .

L'arrière,

[ Image ] [ Image ]

les côtés,

[ Image ] [ Image ]

l'avant, une souris est passée par là

[ Image ]

le centre avec le plafonnier,

[ Image ]

Surprise au démontage, la thibaude censée assurer l'isolation phonique, ne recouvre pas l'intégralité du pavillon et est fixée de manière assez lâche

[ Image ]

Décapage complet avant protection par une couche de peinture antirouille

[ Image ]

Traitement des éléments en bois . Le bois de hêtre est très apprécié des insectes xylophage. Comme ici il est indemne, on peut supposer qu'il a été traité avant pose ( sur la photo, il manque une pièce)

[ Image ]

Le remontage débute par la mise en place de la thibaude . Plutôt que de ne recouvrir que très partiellement la tôle, je préfère, même si cela ne correspond pas à l'origine, isoler toute la surface . Pour la partie centrale , j'ai confectionné un gabarit qui me reservira pour la 7 .

[ Image ]

La thibaude est collée à la colle néoprène : on encolle la tôle et la thibaude, on attend 5 bonnes minutes avant d'appliquer . On presse un peu et ça tient tout de suite . Il faut bien positionner les pièces car une fois appliquées, elles ne bougent plus

[ Image ] [ Image ]

Pour parer à toute éventualité ( comme par exemple le ramollissement de la colle lorsque la voiture sera garée en plein soleil en été), je mets en place quelques brins de fils de pêche qui retiendront la thibaude si d'aventure elle se détachait ? Cela eviterait de disgracieuses déformations de la toile de pavillon .

[ Image ]

Avant de commencer à poser la toile, j'ai fixé les boudins de porte . Pour une pré-1939 , ce n'est pas indispensable ,simplement plus prudent : par exemple cela évitera de donner un coup de marteau malheureux dans la toile posée , en clouant les nombreuses pointes qui fixent les boudins au dessus des portières .

[ Image ]

Sur l'envers de la toile sont cousues 4 suspentes en tissu blanc . Pour parer à toute confusion, le sellier a marqué l'avant . Il a aussi repéré le milieu de la toile Les dimensions de la toile sont 1685 x 1250 .

[ Image ] [ Image ]

On peut comparer avec le ciel de toit qui était en place,apparemment en velours mais qui me semble-t-il n'est pas d'origine .La deuxième photo permet de voir sa couleur au départ .Les dimensions sont légèrement différentes de celles de la nouvelle toile : 1625 x 1330 .

[ Image ] [ Image ]

Les suspentes ne sont situées ni espacées de manière parfaitement semblable à la refabrication.

[ Image ] [ Image ]

Avec un feutre, repérage du milieu de chaque suspente et de chaque pièce de bois .

[ Image ] [ Image ]

Un drap propre est posé sur le plancher pour éviter de salir la toile de pavillon .

[ Image ]

Essai "à blanc": je fixe simplement au milieu avec une simple agrafe , en commençant evidemment par l'arrière .

[ Image ]

Arrivé à l'avant, il y a un léger problème : la suspente ne tombe pas sous le bois, il s'en faut de quelques cm . Pourtant j'ai bien positionné les 3 premières suspentes .

[ Image ]

Avec le mètre ruban, on est vite fixé . On voit nettement sur la photo que la 3ème suspente est à sa place . L'intervalle entre les 2 pièces de bois est de 51,5 cm alors que l'écart entre les suspentes 3 et 4 est ,comme noté plus haut sur la photo, de 47 cm .

[ Image ]

La pièce en bois , repérée avant démontage , est à sa place . Il n'y avait ici pas de confusion possible, les vis de chaque côté imposent la position de la traverse en bois . Je pense qu'au moment de la fabrication de la voiture , les percements pour les vis de fixation étaient réalisées à partir d'un gabarit pour garantir l'homogénéité de la fabrication . Dernière hypothèse, notre ami le sellier se serait-il légèrement fourvoyé ?

[ Image ]

Comme il m'est impossible de déplacer la suspente en tissu,pas d'autre choix que de décaler l'élément en bois de quelques cm vers l'arrière .

[ Image ]

Après une ultime vérification, la fixation définitive peut commencer . Le travail peut être effectué seul, mais il faut disposer d'une agrafeuse ou d'une cloueuse . A partir du milieu, et en progressant alternativement à gauche et à droite, on fixe la toile à l'aide d'agrafes, qu'on renforce ensuite avec de la semence de tapissier .

[ Image ]

C'est fini pour la première .

[ Image ]

Ici on attaque la 3ème .

[ Image ]

Là , on touche au but, la 4ème est fixée .

[ Image ]

Pour finir la mise en place, je fixe à l'avant du pavillon . La longueur était calculée au plus juste, il m'a fallu bien tendre la toile pour pouvoir l'agrafer dans le boudin de papier au dessus du pare-brise . Une toile plus longue de 2 ou 3cm à l'avant aurait facilité la pose .

[ Image ]

Maintenant , on peut fixer la toile sur le pourtour du pavillon . On commence encore par l'arrière .D'une main, on tend la toile , de l'autre on l'agrafe et on repasse derrière avec la semence de tapissier .

[ Image ] [ Image ]

Ensuite les côtés,

[ Image ] [ Image ]

on termine à l'avant

[ Image ]

il ne reste plus qu'à fixer le plafonnier . Nettoyage, et peinture effet "chrome" à l'intérieur du boitier

[ Image ]

polissage de l'extérieur, nettoyage du verre

[ Image ]

Découpe de la toile et branchement électrique,

[ Image ] [ Image ]

Mise en position du boitier maintenu par une vis, puis fixation de la partie extérieure avec les vis d'origine .

[ Image ] [ Image ]

C'en est fini pour la toile de pavillon . On peut passer à l'habillage latéral : custodes, passages de roue, pied de milieu,...

la suite bientôt :

retour à l'accueil : ici

 

© 2010 | page d'accueil | nous contacter | réalisation | 4.7 ms