Horloge       La traction du Val de Sarre , dernière mise à jour le 12 avril 2022

Une nouvelle robe pour la 7

 

Après la remise en état de la coque et les réparations des éléments amovibles, les travaux de préparation à la peinture peuvent commencer. Et du travail, il ne va pas en manquer : tous les éléments de carrosserie n'ont été que décapés grossièrement et traités avec de l'acide phosphorique . De longues heures en perspective pour poncer jusque dans les moindres recoins la tôle !

[ Image ]

Mais aussi beaucoup de traces de soudures, plus ou moins proprement meulées, à reprendre et à masquer

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

sans compter le fait que la tôle est plus ou moins profondément cratérisée , par exemple sur l'aile arrière droite

[ Image ]

ou sur le pavillon... plusieurs décennies d'exposition aux intempéries ont laissé des traces !

[ Image ] [ Image ]

Même les ailes avant ,que j'avais jugées en très bon état avant de les décaper, présentent de nombreuses bosses et marques, certes peu profondes, mais nécessitant tout de même une intervention .

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Avant d'attaquer les ponçage, débosselage et autre masticage, je reviens sur la portière avant droite . Le ponçage a laissé apparaitre que la tôle dans la partie inférieure du panneau était trop attaquée par la corrosion . Ne voulant pas prendre le risque de voir apparaitre des perforations ou des cloques quelques mois après la mise en peinture , la décision fut rapidement prise de changer le panneau complet . Découpe du panneau

[ Image ]

Mise en place sous contrainte pour retrouver le galbe d'origine

[ Image ]

pointage et soudure définitive du panneau fait maison

[ Image ] [ Image ]

S'ensuivent de longues heures à poncer, mastiquer et encore poncer,...

[ Image ] [ Image ]

Certains éléments nécessitant moins d'huile de coude

[ Image ]

que d'autres

[ Image ]

Bien des zones difficiles à atteindre sur les portières

[ Image ] [ Image ]

Ca avance lentement, mais sûrement

[ Image ] [ Image ]

Au fur et à mesure de l'avancée des travaux, les différents éléments sont protégés par un primaire phosphatant

[ Image ] [ Image ]

Le plus long, c'est évidemment la préparation de la coque

[ Image ]

Le tôle du coffre était entièrement couverte de cratères de rouille

[ Image ]

Pas facile, le décapage à la brosse métallique rotative de l'intérieur, avec une multitude de recoins difficiles d'accès

[ Image ]

Un peu de mastic aussi sur la planche de bord

[ Image ]

On va enfin pouvoir passer à la suite !

[ Image ]

Pour peindre la coque à l'abri des intempéries et de la poussière, à défaut d'une cabine de peinture, je me contente d'une "tente" modèle F1 bis montée à l'intérieur même du garage

[ Image ] [ Image ]

Application du primaire sur la coque

[ Image ] [ Image ]

Mise en apprêt de l'intérieur de la coque . Même si de toute façon, tout sera recouvert par la moquette, je n'ai pas pu m'empêcher de remastiquer certaines soudures

[ Image ] [ Image ]

Peinture définitive de l'intérieur

[ Image ]

des passages de roues

[ Image ]

et du compartiment moteur

[ Image ]

Mise en apprêt des éléments de carrosserie

[ Image ] [ Image ]

Masquage des parties déjà peintes définitivement

[ Image ] [ Image ]

Mise en apprêt de la coque .

[ Image ]

Il ne reste plus qu'à "démasquer" et le travail s'arrêtera là pour moi . Le carrossier-peintre va prendre le relais

[ Image ] [ Image ]

Ca y est, la voiture part pour quelques semaines . Encore un voyage sur une remorque, j'espère bien que pour sa prochaine sortie sur le bitume, elle avancera par ses propres moyens .

[ Image ]

De longue date j'avais décidé que la voiture serait bicolore, rouge et noire. Pour le noir, pas d'hésitation possible, tout le monde s'accorde sur la nuance RAL 9005 . C'est plus compliqué pour le rouge : la teinte d'origine Citroën , dite "rouge excelsior" n'existe dans aucune grande marque de peinture et ne correspond à aucune nuance RAL . Justement , ma 11, à sa sortie d'usine et avant d'être repeinte en noir dans une deuxième phase de sa vie, était de cette couleur . J'avais retrouvé à l'époque de sa restauration, des traces de la peinture originelle, au niveau du pavillon, et de la face interne du tablier .

[ Image ] [ Image ]

La zone la plus probante, restée à l'abri de la lumière et des altérations diverses, étant sans doute la zone recouverte par les baguettes de seuil .

[ Image ]

Après quelques recherches,la couleur qui paraissait la plus proche à mes yeux, est une teinte Mercedes des années 70, DB 542, "Dunkelrot" comme son nom l'indique (les germanophones confirmeront !)

[ Image ] [ Image ]

Les premiers éléments , noirs, sont revenus de peinture . Tiens, aujourd'hui le ciel est bien gris !

[ Image ]

Quelques photos prises dans la cabine de peinture

[ Image ] [ Image ]

L'huile de coude et la sueur déversées depuis de longues semaines ne l'ont pas été en vain ! Un grand merci à M. B. pour l'excellente qualité de son travail , le résultat final lui doit beaucoup .

[ Image ] [ Image ]

Quelques jours plus tard, la voiture revient à la maison revêtue de sa belle robe toute neuve

[ Image ] [ Image ]

C'est difficile de donner un bon rendu de la couleur , cela dépend vraiment de l'éclairage .

[ Image ]

L'étape carrosserie s'achève ici . On va enfin pouvoir passer à des tâches plus plaisantes et plus gratifiantes avec le remontage de la voiture

[ Image ]

 

La suite , bientôt

 

retour à l'accueil : ici

© 2010 | page d'accueil | nous contacter | réalisation | 140.4 ms