Horloge       La traction du Val de Sarre , dernière mise à jour le 25 janvier 2021

directement vers : page 2  

Deshabillage et habillage d'une portière ( page 1)

Les portières méritent un sérieux rafraichissement . La photo de gauche prise sur la 7 . Les 2 photos de droite montrent les panneaux intérieurs de la 11

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Pour travailler confortablement, il vaut mieux démonter les portières . On commence par désolidariser le tirant de porte . D'après le catalogue des pièces détachées, l'élément de liaison est une vis de 5 x 20 , réf 127-S, avec rondelle et écrou, mais ici je ne trouve qu'un axe qui n'est même pas goupillé . Pourtant il a bien tenu toutes ces années

[ Image ] [ Image ]

Il suffit ensuite de chasser les axes des 2 charnières ( ne pas oublier d'enlever le jonc d'arrêt s'il est encore présent, ce qui n'est pas le cas ici) . Il vaut mieux être à deux à l'issue de cette opération , pour retenir les portières.

[ Image ] [ Image ]

Pour déshabiller la porte, il faut enlever la contre poignée et la manivelle de lève-glace . La méthode est la même dans les 2 cas : repousser l'embase vers le panneau pour découvrir la goupille, puis chasser celle ci

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Il suffit ensuite de soulever le panneau en faisant levier avec un tournevis ou un ciseau à bois pour déclipser les agrafes qui le retiennent

[ Image ]

Ici 2 types d'agrafes ont été utilisées : à gauche les agrafes "Raymond", référence 619762 , inconnues au catalogue des pièces détachées de 1949 et à droite les agrafes " Plymouth", référence 70085, qui ne figurent plus au catalogue en 1952 . Sur une voiture d'avant-guerre, on ne devrait donc trouver que ces dernières !

[ Image ]

Sur la portière , on peut voir des plaques de thibaude collées . Elles devaient servir d'amortisseur anti-vibrations de la garniture de porte .

[ Image ]

La garniture côté pile

[ Image ]

Les portières de la 11 ont moins souffert des outrages du temps que celles de la 7 , mais il y a néanmoins du travail .

[ Image ]

Le caoutchouc de haut de portières 222740 a perdu toute souplesse et est complètement craquelé

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Les coulisses de glace sont aussi dans un triste état .

[ Image ]

Les panneaux de portes ont été enduits d'un produit d'aspect bitumineux , peut-être de l'antigravillons ou de l'insonorisant : cela date d'avant l'achat de la voiture en 1977 . En tout cas ce produit a bien protégé la tôle lors des dernières décennies .

[ Image ] [ Image ]

J'ai relevé un peu de rouille perforante dans les angles, mais qui ne débouche pas sur le panneau extérieur . Comme je ne veux pas toucher à la peinture, je ne peux pas souder. Seul remède dans ce cas, un peu de mastic : pas très recommandable, mais ici je n'ai pas le choix .

[ Image ]

Le caoutchouc lèche-vitre est encore en place .

[ Image ]

On commence par démonter le mécanisme de lève-glace . Il est maintenu par 4 vis .

[ Image ]

Une fois dévissé, en le repoussant vers l'avant puis l'arrière , on arrive à le désolidariser de la vitre . On peut alors l'extraire de la portière .

[ Image ]

Pour sortir la vitre j'ai eu recours à une méthode un peu brutale . L'encadrement de glace de porte étant enlevé, la coulisse de vitre en feutre n'est plus retenue qu'à ses extrémités par une petite patte . .

[ Image ]

Il n'y a plus qu'à tirer l'ensemble vitre-coulisse vers le haut . En fait, il est possible d'extraire la vitre tout en laissant la coulisse en place, il suffit de pivoter la vitre dans la portière, ça passe tout juste sur la portière arrière, plus aisément à l'avant .

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Reste à enlever la serrure . Elle est maintenue par 3 vis tout comme sa commande à distance.

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

L'ensemble sorti . J'ai découvert dans le catalogue des pièces détachées que les serrures des portes arrières n'étaient pas les mêmes sur les 11L que sur les 11B .

[ Image ] [ Image ]

Tous les éléments sont encore fonctionnels : brossage, dépoussièrage, graissage minutieux, et stockage avant remontage . .

[ Image ]

On peut ensuite dégager le joint d'étanchéité du haut de portière de sa gorge. Après avoir tâtonné à la recherche de la meilleure technique possible, j'ai opté pour mon fidèle opinel , souvenir de mon passage sous les drapeaux . En tirant délicatement sur le brin déjà dégagé et en faisant levier avec la lame du couteau, je suis arrivé à détacher des morceaux plus ou moins longs . Je pensais que ce serait plus compliqué !

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Il était temps de remplacer ce joint . .

[ Image ]

Un coup d'oeil sur la coulisse de glace permet d'établir le même diagnostic .

[ Image ] [ Image ]

Dernière étape du démontage : séparer la vitre du bas de glace . Je comptais réutiliser cette dernière pièce et ne changer que le joint de scellement . Finalement, le joint de scellement méritait bien son nom . Le caoutchouc durci collait littéralement à la vitre et à la pièce métallique . En forçant légèrement avec la lame d'un tournevis, l'acier fragilisé par la rouille s'est déchiré . Pour les suivants , je découperai directement le bas de glace avec la meuleuse .

[ Image ] [ Image ]

C'est séparé. Reste à nettoyer la vitre . Apparemment dans une vie précédente , la voiture a été repeinte par un peintre peu soucieux d'un masquage efficace .

[ Image ]

Avant d'habiller les portières, il faut remettre en peinture la "tranche" de celles-ci . Même punition que pour les ébrasements : masquage soigneux de l'extérieur, décapage total ,sans déborder, des anciennes couches de peinture, et enfin apprêt et 2 couches de finition . C'est aussi long que de refaire entièrement les portières !

[ Image ] [ Image ]

La peinture est encore , à mon goût, en bon état, mais a cependant besoin de quelques soins pour effacer les petits accidents survenus ici et là depuis 3 décennies. Je profite du fait que les portières soient démontées, pour procéder à un premier polissage. Lorsque les travaux de remontage auront été menés à terme, je referai un passage de finition .

[ Image ]

On peut alors remettre un par un les éléments en place . Ici on démarre avec le joint de haut de portière . La dépose de l'ancien joint s'étant avérée délicate, je m'attendais à ce que la pose du nouveau le soit encore davantage . Ce joint est fourni en rouleau pour les 4 portières . Il est enduit d'un produit lubrifiant .

[ Image ]

Sur la photo , on peut comparer le profil de l'original (à droite) avec celui de la refabrication.

[ Image ]

Finalement, mes appréhensions n'étaient pas justifiées : le produit lubrifiant qui recouvre le joint lui permet de glisser dans la gorge de la portière, il suffit de pousser de proche en proche avec la lame d'un tournevis . Sans doute que l'épaisseur moindre de la refabrication facilite cette mise en place .

[ Image ] [ Image ]

La partie plate du joint ( flèche rouge sur la photo ) est placée contre la portière pour que le joint "baille"et vienne se plaquer contre la caisse quand la portière est fermée . J'ai un peu ecrasé le profil de la gorge aux extrémités pour que le joint ne puisse se détacher

[ Image ] [ Image ]

Ensuite , on peut resceller les glaces dans les profilés. J'ai acheté chez 2 fournisseurs différents . On peut observer quelques différences . Ceux du haut, d'outre-Quiévrain, sont indifférenciés,et à redécouper, ceux du bas , provenant de l'Ain, sont spécifiques à chaque portière .

[ Image ]

Autre différence, le profil : à gauche, c'est belge, au milieu l'original en mauvais état, à droite, c'est aindien .

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Pour le joint de scellement 216179, j'ai encore essayé deux fournisseurs différents . Celui de gauche,en provenance de Nogent-le-Rotrou, à droite celui de la vallée du Rhône . Pas de différence notable entre eux . J'aurais aimé comparé avec un joint d'origine, mais il n'en restait que des lambeaux .

[ Image ]

La photo montre la bonne disposition du joint dans la cornière : Le joint recouvre la tôle côté extérieur.

[ Image ]

Si on ne veut pas s'y reprendre à deux fois, il faut aussi s'assurer de la bonne orientation de la vitre par rapport au bas de glace . Ici la vitre AVD

[ Image ]

J'ai procédé comme suit : mise en place du joint sur la vitre

[ Image ]

ensuite, du savon dans la gouttière pour faciliter la mise en place du caoutchouc .

[ Image ]

On positionne soigneusement la vitre dans la pièce en tôle. On prend appui avec celle-ci sur un plan de travail et pousse de tout son poids sur la vitre pour la mettre en place . Voilà c'est fait

[ Image ] [ Image ]

On peut continuer avec la mise en place de la coulisse de glace, réf 216145,. Elle est conditionnée en rouleau , pour l'ensemble des 4 portières,malheureusement enroulé à l'envers : en effet l'ouverture du profil en U est dirigée vers l'extérieur, alors qu'en place sur la portière elle sera orientée vers l'intérieur .

[ Image ]

Comparaison entre la refabrication et l'original . La refabrication n'a pas la raideur et l'elasticité de l'original et se vrille facilement , voire trop facilement à mon goût .

[ Image ] [ Image ]

Le catalogue des pièces détachées donne la longueur de ces coulisses , soit 208 cm pour les portières avant ( et arrière pour les 11 B), et 152 cm pour les portières arrière . Prudent par nature, j'ai vérifié en mesurant les coulisses originales et ai trouvé 210 cm pour l'avant et 155 cm pour l'arrière . Comme j'ai mesuré à l'extérieur de la courbure des coulisses qui ont conservé leurs formes, cela me semble cohérent . J'ai donc déroulé le rouleau et découpé les longueurs ( rectilignes) indiquées par la nomenclature officielle .

Première étape : bloquer une extrémité de la coulisse dans son rail avec la languette prévue à cet effet

[ Image ] [ Image ]

Ensuite il s'agit de donner la bonne courbure à la coulisse dans les angles, sans qu'elle ne se déplace . J'ai eu recours à des serre-joint de menuisier pour la maintenir avec des cales de 6 mm d'épaisseur. Des rondelles de la même épaisseur et de différents diamètres ont permis de travailler les angles . L'angle droit, pas facile !

[ Image ] [ Image ] [ Image ]
[ Image ] [ Image ]

Le résultat , après quelques hésitations, bien que satisfaisant n'est pas parfait . La faute au matériel ou à l'apprenti sellier ? .

[ Image ]

La coulisse mise en forme, on peut poser les agrafes de fixation. La photo montre les originales que j'ai récupérées et les refabrications que j'ai utilisées .

[ Image ]

Gros plan sur la refabrication en aluminium .

[ Image ]

Bien que n'ayant trouvé que 5 voire 4 agrafes par portière au démontage j'ai prévu d'en mettre 6, soit 2 par coté .On commence par marquer l'emplacement des agrafes pour qu'elles tombent en face des ouvertures dans la structure de la portière'

[ Image ]

On pique l'agrafe dans la coulisse, dans les interstices de la nervure en acier

[ Image ]

On interpose une cale derrière la coulisse

[ Image ]

Avec un tournevis ,on appuie sur la coulisse pour enfoncer le plus possible l'agrafe dans la coulisse, puis on replie les pointes pour la maintenir en place

[ Image ] [ Image ]

Il ne reste plus qu'à plier les agrafes dans les ouvertures

[ Image ]

Avant de mettre la vitre en place, il ne faut pas oublier de changer la butée guide-glace, référence 224644 . Ici l'originale

[ Image ]

La refabrication ,livrée en une longueur pour les 4 portières

[ Image ] [ Image ]

On fait sauter la butée originale et on introduit la nouvelle avec la pointe d'un tournevis

[ Image ] [ Image ]

la suite sur la page2 : page 2  

retour à l'accueil : ici

 

© 2010 | page d'accueil | nous contacter | réalisation | 32.58 ms