Horloge       La traction du Val de Sarre , dernière mise à jour le 26 juin 2023

Le remontage final de la 7C

 

directement vers : page 2    

On aborde enfin l'étape la plus gratifiante de cette restauration : le remontage final de la voiture .

Pour commencer, il reste à nettoyer quelques éléments , notamment toute la tringlerie .

[ Image ]

L'arbre de renvoi de frein à main est nécessite un bon dégraissage . Evidemment, j'avais oublié de commander les 2 bagues en caoutchouc des supports .

[ Image ]

Les leviers de renvoi de vitesses et les tubes de commande . Les tubes de commande sont du premier modèle et ne comporte qu'une seule extrémité réglable

[ Image ] [ Image ]

Pour démonter les boites à rotule, je confectionne rapidement un petit outil adapté

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Voilà c'est démonté .

[ Image ]

Dans la famille "commande de vitesses", on n'oublie pas le relais sur tablier et ses tiges de commande . Ces tiges sont de longueur différentes, ce qui ne saute pas aux yeux lorsque l'ensemble est en place sur la voiture .

[ Image ]

Le pédalier 1ère génération, monté sur 7 et 11L jusque mai-juin 36, avec son support de maitre cylindre spécifique . Absent sur la voiture au moment de l'achat, j'ai eu la chance de pouvoir l'acquérir sur un site de vente bien connu .

[ Image ] [ Image ]

On n'oublie pas de nettoyer aussi le levier de commandes du maitre -cylindre

[ Image ]

Ca brille au soleil

[ Image ]

Dernière étape, la mise en peinture

[ Image ]

La première pièce à être remontée : le raccord fixe de jonction d'arrivée d'essence

[ Image ]

Bizarrement sur le jambonneau, il y a 2 séries de trous dont l'entraxe correspond au raccord de jonction, mais seuls les 2 trous les plus éloignés du bord sont taraudés, pas de doute possible pour la mise en place

[ Image ]

Voilà, le plus dur est fait, le remontage de tous les autres éléments restants ne sera qu'une formalité !

[ Image ]

Dans la foulée pose d'un nouveau tube d'arrivée d'essence

[ Image ] [ Image ]

Le câble de débrayage ,d'avant-guerre , était en très mauvais état, il sera remplacé par un câble NOS chiné à Lipsheim

[ Image ] [ Image ]

Le pédalier en mode éclaté

[ Image ]

La clavette woodruff (demi-lune) du levier de commande du maitre cylindre 30.189 était absente . Citroën a bien fait les choses, cette clavette se retrouve sur la pompe à eau, avec la même référence , clavette Woodruff de poulie de ventilateur .

[ Image ]

Remontage de l'arbre de renvoi de frein à main

[ Image ]

On passe au sélecteur de vitesses : les ressorts de verrouillage des leviers de commande sont cassés sur les 2 leviers .

[ Image ]

La grille de guidage est aussi bien usée

[ Image ]

Dans mon stock, j'ai trouvé un sélecteur post 39 en très bon état qui va servir de donneur de pièces

[ Image ]

J'aurais pu remplacer les leviers du sélecteur d'origine par ceux prélevés sur le sélecteur donneur . Cependant les bagues en bronze dans les leviers d'origine sont à réserve de graisse, contre des bagues lisses dans les leviers postérieurs . Je choisis donc de prélever seulement les ressorts et de les greffer sur les leviers d'origine . Certains objecteront peut être que ces ressorts existent en refabrication, mais c'est oublier que j'ai un faible pour les pièces d'origine, même si celles ci ont déjà un certain vécu .

[ Image ] [ Image ]

voilà des leviers complets et repeints

[ Image ]

La nouvelle grille est elle aussi remontée sur le support

[ Image ]

Le sélecteur complet et remonté . La boule du levier est marbrée noir et vert, ce qui, il me semble , correspond à une 11 ou 11 L . Pour une 7, la boule devrait être marbrée noir et brun . En attendant de trouver le bon modèle, il faudra se contenter de la boule actuelle

[ Image ] [ Image ]

Je reviens aussi à la direction . Au moment de sa réfection, j'avais constaté que les pignons de renvoi du relais de direction étaient en très mauvais état, rongés par la rouille . J'attendais de trouver un autre relais de direction pour remplacer ces pignons . C'est chose faite depuis quelques mois .

[ Image ] [ Image ]

Les pignons de ce nouvel ensemble sont en parfait état ( les traces brunes sont des résidus de vieille graisse), cela devrait se faire ressentir au niveau du jeu dans la direction .

[ Image ]

Pour varier un peu, un petit intermède carrosserie avec le remontage des trappes d'auvent ou volets d'aérateur. Dans un premier temps , préparation de la vis de commande de volet d'aérateur, avec ses rondelles caoutchouc, feutre et tôle .

[ Image ]

Puis fabrication du joint à partir d'un rondin de mousse cellulaire de 10 mm collé à la colle cyanoacrylate . Merci à M. Onzamalle pour cette "astuce"

[ Image ]

Les trappes sont remontées, le mécanisme d'ouverture-fermeture est redevenu fonctionnel

[ Image ]

Les trappes sont à hauteur de l'auvent et plaquent bien sur le joint . Une remarque concernant ces volets d'aérateur : les volets d'avant juin 36 ( 2 volets sur l'auvent) , sont différents par la taille (peut être aussi par le galbe) des volets postérieurs à juin 36 ( 1 volet sur l'auvent), 298 mm pour les premiers et 290 mm pour les plus récents . Ca ne m'avait jamais sauté aux yeux, avant que je ne consulte le catalogue des pièces détachées !

[ Image ]

Maintenant que le train avant est posé, on peut terminer le montage des nouveaux tubes de frein. Les tubes ,en provenance de Belgique ,sont livrés nus, il faut dans un premier temps enrouler les ressorts de protection, et ça prend un certain temps !

[ Image ]

Les anciens tubes servent de gabarit pour la mise en forme des nouveaux . Les tubes refabriqués sont beaucoup moins malléables que ceux d'origine . Ils m'ont posé pas mal de problèmes au niveau des raccords qu'il a fallu serrer , à mon sens au delà du raisonnable ,pour les rendre étanches

[ Image ]

La maitre cylindre neuf de stock ancien, mais qui était sans doute destiné à un autre véhicule comme par exemple la 404.

[ Image ]

J'avais ,il y a quelques mois déjà, préparé les cylindres de roues en vue du remontage et soigneusement enduit de graisse à frein l'intérieur des cylindres et les pistons . Mais entre temps , j'ai décidé de mettre du liquide de frein au silicone et de crainte que la graisse présente ne réagisse avec le liquide silicone, je préfère tout nettoyer à l'alcool . Tout ce travail a peut être été vain, car la graisse livrée avec le liquide ressemble à s'y méprendre à la graisse que j'avais employée au départ !

[ Image ] [ Image ]

Les cylindres de roues enfin prêts à être remontés

[ Image ]

Un peu de promotion pour le liquide de freins employé .

[ Image ]

Une fois que tout est remonté, on passe à la purge du circuit .

[ Image ]

Pour finir, avant le remontage définif des tambours, dernières retouches sur les garnitures, à la craie et la lime .

[ Image ]

Le moteur prêt à monter .

[ Image ]

La boite de vitesses

[ Image ]

Le joint acier d'entrainement ( joint de Oldham) de gauche est celui que j'avais trouvé sur la 7 : il a passablement souffert des années de fonctionnement . Celui de droite , sans être neuf d'origine est nettement moins marqué . Il fera l'affaire pendant les quelques mois où cet ensemble moteur-boite sera en place .

[ Image ]

Le joint acier, enduit de graisse, est en place . Le joint papier doit encore être recouvert d'hermétic

[ Image ]

Avant d'accoupler moteur et boite, on n'oublie pas de mettre en place la butée et son ressort de rappel .

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Comme souvent, je suis seul à la manoeuvre, et pour ménager ma colonne vertébrale , j'amène la boite de vitesses à la bonne hauteur avec un calage sommaire . Il ne reste plus qu'à pousser .

[ Image ]

J'ai volontairement choisi de ne pas repeindre la tôle de protection . La peinture est encore en bon état et cela permettra éventuellement aux archéologues des prochains millénaires de retrouver la teinte d'origine du moteur .

[ Image ]

Préparation des éléments de suspension du moteur .

[ Image ]

Même si avec la grue d'atelier, on peut poser l'ensemble moteur-boite et ses 2 quintaux sans effort physique ,il n'en reste pas moins qu'il vaut mieux être 2 pour effectuer la manoeuvre :cela facilite grandement la tâche , ne serait que pour positionner les ressorts latéraux de suspension ou accoupler les transmissions sur la boite de vitesses.

[ Image ]

Une difficulté inattendue avec le remontage de la traverse sous radiateur : à cause de la présence du frein de direction, il n'est pas facile de mettre en place les 2 vis de fixation côté droit . Au prix de quelques contorsions et écorchures aux doigts, cela finit par passer !

[ Image ] [ Image ]

 

vers la page 2 : page 2  

 

retour à l'accueil : ici

 

© 2010 | page d'accueil | nous contacter | réalisation | 28.71 ms