Horloge       La traction du Val de Sarre , dernière mise à jour le 26 juin 2023

Le remontage final de la 7C page 3

retour vers : page 2

directement vers : page 4    

L'hiver ,le vrai, étant arrivé , je poursuis les travaux sur la Traction, avec des tâches facilement délocalisables vers des lieux plus hospitaliers comme la chaufferie ou le salon . Pour commencer, la refection des sièges . Les dossiers des sièges avaient déjà subi un démontage partiel pour rénover les barres chromées et le deshabillage complet avait été effectué à la fin de l'été . Les sièges sont du modèle monté d'avril 35 à juin 36 , c'est à dire non coulissant, avec assise inclinable au moyen des pieds en caoutchouc .

[ Image ] [ Image ]

Sous la coiffe , on trouve une toile en coton blanc

[ Image ]

qui recouvre elle même un couche de laine épaisse de 1 à 2 cm

[ Image ]

sous laquelle apparait une enveloppe en toile de jute contenant du crin de cheval

[ Image ] [ Image ]

La séquence est identique pour le dossier et l'assise

[ Image ]

On se retrouve avec la structure à nu , il reste à enlever les treillis élastiques

[ Image ] [ Image ]

On peut maintenant faire l'inventaire des dégats à réparer :

[ Image ]

à l'avant la barre de fixation est rongée par la rouille et tellement fragilisée qu'elle a plié en son milieu . A l'arrière la même barre ne tenait plus que d'un coté par un minuscule point de soudure .

[ Image ] [ Image ]

Comme je n'ai pas à ma disposition de siège " donneur de pièces" , pas d'autre solution que de réparer . Une coulisse de guidage de volet roulant présente le bon profil pour venir recouvrir et rendre sa rigidité à la pièce hors d'usage

[ Image ] [ Image ]

Tout est rentré dans l'ordre, c'est reparti pour 80 ans de service

[ Image ]

Au démontage , j'avais remarqué qu"il manquait quelques crochets de fixation des treillis . J'ai trouvé 2 tailles de crochets,dans des proportions sensiblement égales ; les plus courts servant sans doute ( c'est mon hypothèse) à augmenter la tension du treillis .

[ Image ]

Mais j'ai aussi retrouvé des crochets "de fortune", preuve que dans une autre vie les sièges avaient déjà été ouverts pour réaliser une réparation sommaire

[ Image ]

Ces crochets sont assez faciles à reproduire . Après avoir confectionné, comme toujours avec de la "récup" , un gabarit à cintrer, c'est un jeu d'enfant de fabriquer une vingtaine de ces crochets

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Même si ce n'est pas un clone parfait, ça ressemble fort et surtout ça remplit parfaitement son rôle

[ Image ]

A gauche les originaux, à droite les copies . Il ne reste plus qu'à remonter le tout

[ Image ]

Prochaine étape , la mise en peinture . Comme c'est la même teinte, RAL 8019, j'en profite pour donner une couche aux cadres de fenêtres peints et stockés depuis quelques années

[ Image ]

On continue avec la regarnissage des sièges . J'avais déjà réalisé ce travail pour la 11 et je m'en suis donc largement inspiré pour la 7 . On peut le retrouver ici : La réfection des sièges avant

Cependant , vu l'état du garnissage, je vais procéder à une rénovation totale de tous les éléments , et essayer de rester au plus près de l'origine, en employant uniquement des matériaux utilisés à l'époque et les techniques de fixation des selliers des années 30 .

La structure est prête à être habillée . La barre chromée a retrouvé sa place. J'en profite pour remercier M. Bruno P. de la société Art Chrome pour l'excellente qualité de son travail.

[ Image ]

Le crin de cheval est recyclé : trempé une journée dans l'eau de Javel, rincé et sèché . C'est incroyable, le pouvoir gonflant de ces fibres, qui même plus de 80 ans après ont gardé leur flexibilité naturelle et reprennent leur forme après compression

[ Image ]

Pour réaliser le matelassage, observation de l'assise d'origine

[ Image ]

vu de dessus

[ Image ] [ Image ]

vu de dessous . Les spécialistes en couture auront reconnu le point de chainette .

[ Image ]

Il n'y a plus qu'à reproduire ce point sur la refabrication . Traçage des lignes

[ Image ]

D'origine , ce matelassage était réalisé sur une machine adaptée . Réalisé manuellement, qui plus est par un débutant en couture, c'est un travail assez long et fastidieux . On comprend alors facilement pourquoi les selliers, y compris les plus réputés dans le milieu, rénovent les sièges en utilisant de la mousse , évitant ainsi d'exploser les budgets de restauration. Le résultat, vu de dessus et de dessous

[ Image ] [ Image ]

C'est en place sur le dossier

[ Image ]

On refait les mêmes opérations pour l'assise

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

On recouvre le garnissage en crin par de la laine extraite d'un matelas réformé

[ Image ]

puis d'un carré de drap de coton

[ Image ]

et enfin on remet la coiffe neuve

[ Image ]

Un peu de couture plus tard et voilà le premier siège prêt à rejoindre sa place dans la voiture

[ Image ]

Lorsque j'ai acquis la voiture, il ne restait que la boite à gants droite, la gauche avait disparu . Dans les multiples bourses d'échange que j'ai fréquentées ou sur les sites de vente en ligne, il m'arrive quelquefois de voir une boite à gants post 36, mais jusqu'à ce jour , je n'ai jamais eu l'occasion de découvrir une boite à gants "petit modèle " . Pas d'autres solution que de la refabriquer .

[ Image ]

Prise de cotes sur la boite droite

[ Image ] [ Image ]

Réalisation d'un gabarit en panneaux de particules

[ Image ]

Pour confectionner la boite, j'aurais pu me procurer du carton à former . Mais pour faire plus authentique, je choisis de le réaliser dans un carton de panneau de porte, qui a exactement les mêmes caractéristiques que celui de la boite à gants droite et qui présente l'avantage d'être rigoureusement d'époque .

[ Image ] [ Image ]

Après avoir fait trempé le carton 24h dans l'eau, mise en forme sur le gabarit

[ Image ]

Découpe du fond de la boite

[ Image ]

L'ensemble est assemblé à l'aide d'agrafes, percement des trous de passage des vis de fixation : la boite est terminée

[ Image ]

Les deux font la paire !

[ Image ]

Montage sur la voiture . Il va falloir songer à nettoyer la planche de bord .

[ Image ] [ Image ]

Autre travail que je comptais réaliser lors des journées de frimas : le remplacement des barillets afin de n'avoir à utiliser qu'une seule clé pour verrouiller la malle ou la portière et mettre le contact . J'avais acheté un kit de barillets chez un fournisseur belge bien connu dans ce but . Bien mal m'en a pris , la preuve avec les barillets de poignées de malle!

[ Image ]

A gauche la refabrication, à droite l'original . Une première différence qui saute aux yeux, la refabrication est réalisée à partir d'une seule pièce entièrement moulée en alliage d'aluminium . L'original est constitué d'un assemblage de d'une base en zamac et d'une extrémité en laiton .

[ Image ]

Pour resituer l'emplacement de certains éléments de la poignée de malle, j'ai extrait quelques images d'un document réalisé il y a quelques années à propos du changement des barillets . Pour le retrouver cliquez sur le lien ci dessous

Le remplacement d'un barillet

la vis de maintien du barillet qui se trouve sur la partie supérieure de la poignée

[ Image ] [ Image ]

Il suffit alors de tirer le barillet vers l'arrière . Même s'il est verrouillé et sans la clé, ça sort !

[ Image ]

l'axe de blocage

[ Image ] [ Image ]

Pour comprendre le fonctionnement : la flèche verte indique la gorge correspondant à la vis de maintien et la flèche rouge montre l'ergot excentré qui entraine l'axe de blocage.

[ Image ]

Revenons en à nos barillets refabriqués : premier souci, l'ergot excentré ne s'emboite pas dans l'axe de blocage, contrairement à celui d'origine

[ Image ] [ Image ]

Qui a parlé de cote fantaisiste ?

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Impossible aussi de bloquer le barillet avec la vis de maintien

[ Image ]

L'explication en 3 images

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Bilan et moralité de l'affaire : j'ai remonté les anciens barillets , les pièces refabriquées ça reste une loterie!

On continue les travaux d'hiver ,ou divers c'est selon, avec la rénovation du moteur d'essuie glace . C'est le moteur qui équipait la 7 lorsque je l'ai acquise

[ Image ]

Un bon nettoyage et un contrôle attentif des pièces : peu d'usure mécanique, aucun problème électrique, le moteur peut reprendre du service

[ Image ]

Nettoyage et graissage de la tringlerie . En gros plan une vis de fixation des axes d'essuie-glace

[ Image ] [ Image ]

L'ensemble sera remonté après la mise en place de l'habillage intérieur

[ Image ]

Justement , c'est l'étape suivante du remontage de la voiture . Pour commencer , le pavillon et les custodes sont recouverts de thibaude pour assurer un minimum d'isolation phonique et thermique

[ Image ]

Fixation des joncs de tour de porte

[ Image ]

Derniers ajustements des éléments d'habillage des côtés . Comme sur la 11, petite entorse à l'origine, je ne les ai pas réalisés en carton noir mais en contreplaqué 3 mm, tout aussi souple et qui aura sans doute moins tendance à gondoler avec le temps .

[ Image ]

La partie la plus délicate , la pose de la toile de pavillon

[ Image ]

C'est un travail où il faut savoir faire preuve de minutie, de patience et ne pas hésiter à revenir en arrière pour reprendre les angles et assurer une tension correcte

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

On n'oublie pas le plafonnier

[ Image ]

Pour l'habillage des panneaux de custode , on part de loin ; les cartons sont bien gondolés, déchirés et troués par endroit . J'ai hésité à tout refaire à neuf, mais finalement comme ils font partie de l'histoire de la voiture, j'ai préféré les restaurer : mise sous presse de certaines parties, renforts par l'arrière, collage,ponçage...

[ Image ] [ Image ]

Sans être parfait, le résultat me parait acceptable

[ Image ]

Les cartons de passage de roue était déformé et déchiré . Pour rester fidèle à l'origine, je les redécoupe dans le carton de panneaux de porte réformés

[ Image ]

Préparation en vue de l'encollage du tissu de recouvrement

[ Image ]

Les cartons de montants de pare-brise sont aussi réalisés en contreplaqué 3 mm . Après ajustage, encollage du tissu

[ Image ] [ Image ]

C'est terminé pour l'habillage des côtés .

[ Image ] [ Image ]

Le bandeau d'essuie-glace, habillé, est en place . Il reste à retendre un peu le tissu rabattu sur les vis de fixation

[ Image ] [ Image ]

retour à la page 2 : page 2  

aller à la page 4 : page 4  

 

retour à l'accueil : ici

 

© 2010 | page d'accueil | nous contacter | réalisation | 4.02 ms