Horloge       La traction du Val de Sarre , dernière mise à jour le 21 février 2020

Restauration de la coque de la 7C

 

J'ai fait l'acquisition de la 7C en 2011. Pour l'avoir examiné sous toutes les coutures avant de conclure l'achat , je savais que les soubassements étaient en mauvais état au point de m'avoir fait hésiter longuement avant de m'engager .

[ Image ]

Dans les mois qui ont suivi l'achat, j'ai démonté complètement la voiture . La coque nue , montée sur roulettes, patientait depuis ce temps dans une remise .

[ Image ]

Ce n'est que fin 2018 que je trouvais enfin la motivation et surtout le temps de me lancer dans la réfection de la carrosserie . C'était un domaine nouveau pour moi, puisque pour la 11 qui était en bien meilleur état, je n'avais pas eu besoin de passer par cette étape .

[ Image ]

Pour démarrer, un petit tour d'horizon pour faire le point sur l'étendue des dégats . Le bas de caisse, arrière gauche : le longeron a mauvaise mine

[ Image ]

L'avant droit . Vu par en dessous, c'est encore plus frappant

[ Image ] [ Image ]

Le plancher avant

[ Image ]

Heureusement pour moi, la rouille n'est pas perforante partout, il y des parties ou elle n'est que superficielle !

[ Image ]

Première étape : démontage du plancher . Au départ, je n'avais prévu de ne changer que la partie avant, comme les tôles internes des bas de caisses sont elles aussi fortement corrodées, il faut démonter tout le plancher . Le démontage du tunnel de sièges s'impose de ce fait aussi

[ Image ]

Pour démonter proprement, il faut dépointer toutes les soudures . L'outil ad hoc, le bien nommé "foret à dépointer"

[ Image ]

Pour repérer plus facilement les points de soudures , il est préférable de mettre la tôle à blanc . La difficulté de l'opération est de traverser la première épaisseur de tôle sans passer à travers de la deuxième

[ Image ] [ Image ]

Il n'est pas toujours évident de retrouver ces points de soudures , en particulier si la rouille est importante . Il est alors plus facile et surtout plus rapide de tronçonner .

[ Image ]

Dépose du plancher en plusieurs tronçons .

[ Image ] [ Image ]

A l'avant,sous l'auvent, c'est plus difficile d'accès pour les outils, mais finalement le plancher, ou ce qu'il en reste, est à terre .

[ Image ] [ Image ]

Les bras latéraux de la poutre de train arrière sont recouverts par un cache . Pour voir l'état de la tôle en dessous, il faut démonter

[ Image ] [ Image ]

Ce que l'on découvre n'est pas très réjouissant : le train arrière ne tenait plus à grand chose . Les choses commencent à se compliquer .

[ Image ]

Comme des parties importantes des bas de caisse ont perdu leur résistance , il me faut d'abord m'assurer que la caisse n'a pas commencé à se déformer . Un moyen simple de contrôle est de vérifier que les portières s'adaptent toujours correctement à leur encadrement . A droite comme à gauche, les jeux entre portières et cadre sont réguliers . Cela tend à prouver que la structure n'a pas bougé .

[ Image ]

Comme en découpant des tôles sur les bas de caisses, je vais encore fragiliser davantage l'ensemble, je préfère prendre les devants en soudant des renforts pour rigidifier la coque pendant les opérations à venir

[ Image ] [ Image ]

Rentrer et sortir de la voiture va être nettement plus compliqué maintenant.

[ Image ]

Même si elle ne va pas me faciliter la tâche, je remettrai aussi la poutre en place dès que l'arrière du bas de caisse sera traité.

[ Image ]

Pour avoir un accès total au support de fixation de la poutre, il y a encore une tôle à enlever.

[ Image ]

Je découpe par étapes les tôles à l'intérieur et à l'extérieur . Les dégats sont bien plus importants qu'anticipé

[ Image ]

Pour mettre en forme la tôle, je ne dispose que de moyens rudimentaires, ...système D obligatoire

[ Image ] [ Image ]

Avec un peu de persévérance , on obtient un greffon qui devrait être compatible

[ Image ]

Le greffon en place et soudé

[ Image ]

Suite de la découpe des tôles à l'intérieur comme à l'extérieur . En dehors de la partie arrière, le longeron est intact

[ Image ] [ Image ]

Mes tentatives de refaire des emboutis qui correspondent aux parties restées en place n'ayant pas donné les résultats escomptés, j'ai découpé les originaux ( sains) pour les regreffer

[ Image ]

Les soudures sont encore hésitantes, mais je m'applique pour tenter de progresser !

[ Image ] [ Image ]

Sur la partie avant du jambonneau droit, je n'avais pas remarqué jusque là un cordon de soudure assez discret . Sur le dessus, il y a même une finition à l'étain . Des traces d'une réparation lointaine, suite à un choc ?

[ Image ] [ Image ]

Le renfort de la fixation de l'aile sur le jambonneau était en mauvais état, il a fallu refaire l'extrémité

[ Image ]

C'est en place

[ Image ]

On passe à la reconstitution des extérieurs de bas de caisse . Les fournisseurs habituels proposent des refabrications . Les dimensions et le galbe me semblent bons, la finition laisse tout de même à désirer .

[ Image ] [ Image ]

Sur les Traction d'avant-guerre, la douille de fixation de traverse arrière, référence 421025, est vissé de l'extérieur, à travers un orifice dans le bas de caisse . Il faut modifier en ce sens la pièce de refabrication .

[ Image ]

Il faut aussi souder sur l'intérieur un écrou-cage pour la fixation de l'aile arrière . Pour positionner correctement cet écrou le plus simple est de remettre l'aile provisoirement en place et de tracer à partir de celle-ci .

[ Image ]

Le tracé est fait . Comme j'ai oublié de demander des écrous-cage lors de ma dernière commande, je les réalise moi-même .

[ Image ] [ Image ]

Prochaine étape ,découpe définitive des tôles . Pour obtenir un joint régulier et fin, il faut superposer la nouvelle tôle à l'ancienne et couper les 2 simultanément avec un disque de 1 mm d'épaisseur .

[ Image ]

Avant de refermer, traitement du longeron et des faces internes des tôles

[ Image ]

L'arrondi doit subir quelques retouches pour s'adapter parfaitement . Des trous, diamètre 8 , sont percés dans la partie inférieure de la tôle pour souder par "bouchonnage"

[ Image ]

On commence par pointer les tôles . La soudure définitive sera réalisée lorsque tous les éléments seront en place .

[ Image ]

Pour refaire l'angle extérieur du jambonneau , un élément "fait-maison" copié sur l'original en dentelles .

[ Image ]

Tous les éléments sont pointés , ne reste plus qu'à souder le plus proprement possible .

[ Image ]

Pour la suite des opérations, il faudra coucher la voiture sur le flanc . Pour pouvoir continuer à la rentrer et la sortir de son abri, je réalise une plateforme basique avec des éléments d'un échafaudage .

[ Image ] [ Image ]

Le fond du jambonneau est bien malade .

[ Image ]

Il y a aussi des travaux à prévoir, à l'avant , au niveau de la fixation des broches.

[ Image ]

Le fond de jambonneau est aussi proposé en refabrication . Pas de chance, au cours des 23 ans de production des Traction avant, la forme de ces jambonneaux a évolué, notamment avec le passage de la direction à boitier à la direction à crémaillère . Il va falloir encore une fois adapter .

[ Image ] [ Image ]

Un peu de découpe et de soudure, et on obtient ceci .

[ Image ] [ Image ]

Avant de refermer le jambonneau, traitement à l'acide phosphorique .

[ Image ]

Désormais plus d'accès possible ..................... .

[ Image ]

Le fond de coffre présentait quelques perforations dues à la rouille . Pour y voir plus clair, je vais sabler tout le dessous restant de la voiture, puisqu'elle est maintenant dans la bonne position .

[ Image ]

Le constat est sévère : le fond de coffre est complètement rongé par la rouille .

[ Image ] [ Image ]

C'est encore plus manifeste à contre-jour .

[ Image ]

Autour du fond de coffre, dans les passages de roue, la tôle est bien attaquée aussi .

[ Image ] [ Image ]

Découpe du fond de coffre. Il y aura aussi du travail sur les charnières de la malle

[ Image ] [ Image ]

Une nouvelle fois, je vais monter une pièce de refabrication . Quelques observations avant le remontage .

[ Image ]

Les dimensions sont bonnes, dans l'ensemble, la pièce neuve ressemble beaucoup à l'original .

[ Image ]

Les renforts pour la fixation des supports de parechocs sont présents

[ Image ] [ Image ]

même s'ils sont pas tout à fait semblables

[ Image ] [ Image ]

Une différence notable qui saute aux yeux : la présence d'emboutis circulaires sur l'original et absents sur la refabrication . Je ne sais pas si ces emboutis sont spécifiques aux avant-guerre

[ Image ] [ Image ]

Par contre, la finition laisse clairement à désirer . Vu sous cet angle, la planéité de la pièce n'est pas vraiment assurée

[ Image ]

Lors de l'emboutissage de nombreux faux plis sont apparus

[ Image ] [ Image ]

Bien que cette pièce soit peu accessible aux regards, je désire me rapprocher le plus possible de l'origine et entreprend donc de refaire les emboutis manquants . Un matrice et un poinçon , comme souvent , de bric et de broc ...

[ Image ]

... passage sous la presse

[ Image ]

L'opération n'a duré que quelques dizaines de minutes . Pour l'embouti du milieu, le premier réalisé, j'avais d'abord chauffé la tôle pour faciliter la mise en forme, ce qui explique l'absence de peinture . Ce n'était pas utile, j'ai embouti les suivants à froid sans aucun problème . La tôle employée m'a semblé beaucoup plus malléable que celle que j'ai achetée en plaques

[ Image ]

Il faut aussi réaliser les ouvertures pour l'écoulement de l'eau, en s'inspirant de l'original . Dans l'embouti transversal,

[ Image ] [ Image ]

puis dans les emboutis longitudinaux

[ Image ] [ Image ]

Avant de mettre le fond de coffre en place, il faut d'abord reprendre les passages de roue, avec en particulier les renforts internes des supports de pare-chocs

[ Image ]

découpe des parties gangrènées

[ Image ]

Avant de mettre les renforts, il faut reconstituer les parois des passages de roues

[ Image ]

Le pourtour du fond de coffre est lui aussi reconstitué

[ Image ]

Refabrication "maison" des plaques de fixation des charnières de malle

[ Image ]

Le fond de coffre est livré avec les supports de charnière

[ Image ] [ Image ]

La partie supérieure des supports de charnières d'origine n'est pas rongée par la rouille . Je choisis de les conserver, pour ne pas être obligé de repositionner les nouveaux supports . Je vais me contenter de découper la partie manquante sur les nouveaux supports et de ressouder sur la partie encore en place

[ Image ] [ Image ]

C'est en place, il restera à souder sur le fond de coffre

[ Image ]

Le fond de coffre est positionné en place

[ Image ]

Le contour du fond de coffre ne s'adapte pas parfaitement .Pour l'ajuster , je découpe en tronçons

[ Image ]

Avant de souder, je vérifie que les supports de pare-chocs s'adaptent bien .

[ Image ]

C'est fini pour le fond de coffre

[ Image ]

... les renforts à reconstituer . Ils sont coudés et non rectilignes comme j'ai pu en observer sur des modèles d'après-guerre . Sur la 11 de 38, ils sont aussi coudés

[ Image ] [ Image ]

les renforts sont découpés dans de la tôle de 1 mm

[ Image ]

puis mis en forme .

[ Image ]

Les originaux et les refabrications

[ Image ]

Pour ne pas écraser le profil en serrant la vis de fixation du support de pare-chocs, je rajoute une entretoise en fer plat de 4 mm

[ Image ]

Il ne reste plus qu'à mettre en place et souder

[ Image ] [ Image ]

Je profite du fait que la voiture est couchée sur le flanc pour effectuer un rebouchage à l'étain des soudures

[ Image ] [ Image ]

l'occasion pour moi de sortir la râpe de carrossier du siècle dernier

[ Image ]

C'est encore loin d'être parfait, mais je compte bien progresser avec les prochaines tentatives .

[ Image ] [ Image ]

 

aller à la page suivante : page 2  

 

retour à l'accueil : ici

© 2010 | page d'accueil | nous contacter | réalisation | 141.95 ms