Horloge       La traction du Val de Sarre , dernière mise à jour le 25 janvier 2021

Sommaire : page 1   page 2   page 3  

La refection des freins (page 4)

Dernière étape , le remplissage du circuit et la purge . La nature du liquide de frein est un vaste sujet de débat sur le forum GMT : silicone or not silicone , that is..... Etant plutôt adepte des solutions rustiques mais éprouvées, j'opte pour le liquide classique Dot 4

[ Image ]

Pour la purge, j'applique la méthode "Onzamalle", explicitée ICI . Le matériel est élémentaire : un bouchon qui se visse sur le réservoir , muni d'un raccord "air comprimé " et un tuyau transparent raccordé à un récipient en verre .

[ Image ]

On relie le réservoir au compresseur dont la pression à la sortie est règlée à environ 1,5 bar ( j'ai essayé avec un pression moindre, ça fonctionne aussi bien ). Par précaution, je protège la carrosserie contre d'éventuelles projections de liquide de frein .

[ Image ] [ Image ]

Le purgeur est relié au récipient récepteur, puis on dévisse légérement . C'est marrant de voir le liquide de frein ( pas visibles sur les photos ) avancer lentement dans le tuyau, poussé par la pression de l'air comprimé. On purge dans l'ordre ARD, ARG, AVD et AVG

[ Image ] [ Image ]

Le liquide chassé du circuit remplit le récipient . Il faut éviter que le réservoir supérieur se vide , sous peine de devoir tout reprendre . Entre chaque purge, je fais l'appoint dans le réservoir,au cas où .

[ Image ]

Après avoir fait l'arrière , je passe à l'avant et je découvre une belle flaque de liquide de frein . Misère, le circuit a une fuite ! Mais non,j'avais bêtement oublié de visser le purgeur : pendant que je purgeais l'arrière, le liquide s'échappait à l'avant . Pour être tranquille , je recommence toute la séquence de purge , avec ce procédé c'est presque un plaisir !

[ Image ]

La purge terminée, comme je ne peux pas encore tester l'efficacité des freins ( la voiture est sur cales depuis presque 3 ans maintenant ), je me contente de vérifier le comportement de la pédale . Il y a environ 1 à 2 cm de course libre: la pédale n'agit pas sur le piston du maitre-cylindre . Au delà , je sens la résistance augmenter très vite . La pédale s'enfonce de 5 à 6 cm , puis , au moins à la main , ne va pas plus loin , soit à peu près la moitié de la course possible . Cela me parait satisfaisant pour le moment . Les premiers essais en roulant et surtout le passage au contrôle technique permettront d'en savoir plus.

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Pour en finir avec le freinage, il reste à remettre en état le frein à main . Avant démontage, celui ci était encore fonctionnel, mais pour quelle efficacité ?

Evidemment , j'ai mené de pair, certaines interventions sur le frein à main avec la rénovation du reste du système de freinage . Cependant pour la clarté de la présentation, j'ai préféré dissocier les opérations : certaines photos dans la suite de ce document risquent donc de paraître hors chronologie .

Le levier de renvoi démonté en 2009 est couvert d'une gangue noirâtre, les caoutchoucs de support d'arbre de renvoi sont dans un triste état

[ Image ] [ Image ]

Le caoutchouc d'origine à côté de la refabrication.

[ Image ]

Nettoyage et mise en peinture des différents éléments . On n'oublie pas de graisser les portées des bagues de bronze

[ Image ] [ Image ]

Mise en place des caoutchoucs d'origine à côté de la refabrication . Le levier de renvoi est prêt à être posé

[ Image ]

Le chrome de la canne de frein à main était passablement piqué : j'en ai trouvé une d'origine , en bon état pour la remplacer. Démontage et mise en peinture du support de la canne

[ Image ]

Grosplan sur ce support pour comprendre le positionnement du ressort.

[ Image ]

Le caoutchouc de passage de la canne a aussi fait plus que son temps.

[ Image ]

La canne ou tirette est en place.

[ Image ]

Elle est reliée au levier de renvoi . Le goupillage n'a été fait qu'à moitié !

[ Image ]

Les flasques de freins sont nues, mais piquées par la rouille . Je traite à l'acide phosphorique .

[ Image ] [ Image ]

Contrôle minutieux des câbles et de la gaine : pas un brin sectionné, pas de rouille, le câble coulisse sans problème dans sa gaine . Aucune raison de remplacer par du neuf en provenance de l'empire du Milieu , un graissage-huilage suffira .

[ Image ] [ Image ]

Nettoyage du support de fixation de gaine ( à gauche) et de la contreplaque d'arrêt de gaine sur la flasque.

[ Image ] [ Image ]

Le remontage du câble se fait par l'arrière : on passe le câble dans le support de cric, puis la gaine qui passe tout juste

[ Image ] [ Image ]

Il faut ensuite passer le câble dans le support de fixation situé sur la poutre du train arrière,

[ Image ] [ Image ]

puis arrêter la gaine.

[ Image ]

Sous le plancher , le cable est guidé par un seul cavalier. Comme le câble est nu, il est généreusement enduit de graisse marine .

[ Image ]

Le câble est introduit dans la flasque , et la gaine est arrêtée

[ Image ] [ Image ]

Le câble en attente d'être fixé sur la mâchoire.

[ Image ]

Mâchoires et tambour sont en place , le jeu est règlé .

[ Image ]

Pour finir le règlage du frein à main : on règle successivement la tension des câbles de façon à ce qu'en amenant la tirette du frein à main au 3ème cran, les roues arrières serrent également et qu'au 4ème cran, elles soient bloquées .

[ Image ]

retour à l'accueil : ici

© 2010 | page d'accueil | nous contacter | réalisation | 4.37 ms