Horloge       La traction du Val de Sarre , dernière mise à jour le 25 janvier 2021

La pose de la moquette

Quand j'ai acquis la voiture, la moquette était déjà dans un triste état . Un séjour de quelques heures dans l'eau ,lors d'une inondation brutale en 1998,lui a donné le coup de grâce .

[ Image ] [ Image ]
[ Image ] [ Image ]

L'observateur averti aura remarqué que la disposition des pièces est ici peu conforme à la réalité

[ Image ]

L'ensemble de la moquette fabriqué par un artisan français bien connu dans le monde de la Traction.

[ Image ]

Quelques travaux préparatoires avant de pouvoir poser la moquette : Pour commencer , il faut reboucher le trou sous la banquette arrière qui donne accès au tirant de l'essieu arrière . A l'origine, ce trou est fermé par un morceau de cuir collé directement sur la caisse .

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Un morceau de rouleau bitumineux d'étanchéité fera ici l'affaire. Prise de l'empreinte, découpe et pose à l'aide d'un décapeur thermique

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

Pour se rapprocher de l'origine , je recouvre d'un morceau de skaï prélevé dans le coupon destiné au revêtement du tunnel sous les sièges avant .

[ Image ] [ Image ]

Ensuite, il s'agit d'obturer les ouvertures donnant accès aux vis de fixation de l'essieu arrière, recouvert eux aussi à l'origine d'un mmorceau de cuir .

[ Image ]

N'ayant pas de cuir digne de ce nom sous la main, à l'instar des Shadoks, je vais faire compliqué alors que je pourrais faire simple. Pour commencer , je découpe des rondelles de diamètre 50

[ Image ]

Dans un rail en aluminium, je découpe des morceaux de 7 cm , percé d'un trou excentré de 8

[ Image ]

Des écrous carrés de 6 de la bonne dimensions qui coulissent dans le rail.

[ Image ]

Des vis poêliers, les pièces sont terminées, un peu de peinture .

[ Image ] [ Image ]

Un peu de mastic d'étanchéité, un peu de frein filet sur les vis ( on ne peut pas serrer à bloc, et pourtant il faut que cela tienne)

[ Image ] [ Image ]

C'est posé. C'est totalement réversible et de toute façon invisible sous la moquette

[ Image ]

A l'origine , sous la moquette recouvrant le plancher, il y avait de thibaude goudronnée . Malheureusement, elle était ici en trop mauvais état pour pouvoir être réutilisée . Un fournisseur automobile toulousain propose un produit approchant . Vendu sous l'appellation "thibaude goudronnée",il s'agit en réalité de feutre , de largeur 1,50 m et d'épaisseur 10 mm, dont une face est enduite de résine .

[ Image ] [ Image ]

Pour améliorer l'isolation phonique, j'en mets aussi sous la banquette arrière et dans le tunnel de sièges

[ Image ] [ Image ]

J'avais aussi trouvé de la thibaude bituminée sous le tablier derrière la boite à gants . Les chutes du coupon pour le plancher feront l'affaire .

[ Image ] [ Image ]

Un peu de colle néoprène . C'est fait à droite et à gauche

[ Image ] [ Image ]

Sur les berlines légères d'avant-guerre, il n'y a ppas de moquette à l'avant , mais un tapis en caoutchouc . Le tapis d'origine est encore en bon état, un petit nettoyage s'impose tout de même .

[ Image ]

Au départ , il était prévu de mettre , comme à l'origine, de la thibaude bituminée sous le tapis en caoutchouc . Finalement , craignant que cette thibaude se tasse notamment côté conducteur, j'ai opté pour un autre matériau : des dalles anti-vibrations, en caoutchouc reconstitué, pour machines à laver . Ce matériau est imputrescible, antidérapant,résistant à l'eau, et présentes de bonnes qualités d'isolant thermique et phonique . On le trouve en plaques de 60 x 60 x 1 cm .Il se découpe très bien au cutter .

[ Image ]

Deux plaques suffisent pour une caisse étroite . Il manque 5 cm vers le jambonneau qu'on découpe dans la chute latérale . Il faut prévoir un peu de jeu sur les cotés pour y glisser ultérieurement la moquette .

[ Image ] [ Image ]

On poursuit avec la fixation des bas de marche de portière ou plus simplement baguette de seuil : les originaux et les refabrications

[ Image ]

Evidemment, il fallait s'en douter, la conformité n'est pas au rendez-vous : une différence de hauteur de 3 mm dans le profil

[ Image ] [ Image ]

Je repère la position des baguettes originales pour placer les nouvelles . Les longueurs sont relativement bien respectées .

[ Image ] [ Image ]

Il faut adapter le profil des baguettes à celui de la caisse.

[ Image ] [ Image ]

Pas moyen de ne pas percer de nouveaux trous pour visser . On termine en coinçant le boudin de porte sous la baguette.

[ Image ] [ Image ]

Comme déjà évoqué plus haut, le tunnel de siège est recouvert avec du skaï . Ce revêtement est apparemment d'origine, puisque d'autres propriétaires de Traction d'avant-guerre l'ont aussi retrouvé sur leurs véhicules .

[ Image ]

La pièce d'origine fait office de gabarit .

[ Image ]

La pièce est collée à la colle néoprène. A ma grande surprise, le skaï s'étire un peu et épouse parfaitement la forme du tunnel.

[ Image ]

On peut maintenant passer à la mise en place et à la fixation de la moquette .L'idée est que le plus grand nombre d'éléments soient amovibles . Comme je crains les infiltrations d'eau par diverses voies, je préfère être dans la mesure de pouvoir détacher les différentes pièces pour les faire sècher . Au démontage, la moquette était fixée par des vis munies de rondelles ( voir les photos en haut de page) et par des "tourniquets " sur la cloison verticale du moteur

[ Image ]

Les 2 tourniquets nettoyés et polis

[ Image ]

A gauche , le trou de fixation du tourniquet . J'ai percé deux trous supplémentaires , car selon le Spécialiste ( bien connu ) la moquette est fixée par deux agrafes sur cette partie de la voiture .

[ Image ] [ Image ]

Il faut d'abord habiller cette cloison verticale avec de la thibaude . Découpe et ajustage des différents éléments . Ces éléments seront fixés principalement par de la bande velcro . De toue façon, ils seront plaqués contre la cloison par la moquette tendue entre les deux tourniquets .

[ Image ]

Coté cloison, les bandes velcro autocollantes, renforcées par quelles agrafes .

[ Image ] [ Image ]

La thibaude est en place . Les 2 vis n'étaient sans doute pas indispensables, mais comme j'avais déjà percé, autant les mettre .

[ Image ]

Ajustage de la moquette qui viendra recouvrir la thibaude . Une petite fente dans la moquette, et mise en place à blanc sur la tourniquet

[ Image ] [ Image ]

Le premier élément de la moquette à mettre en place est celui qui recouvre la tablette sous la planche de bord . Il est plus long que la tablette, car il doit retomber sur les bords pour être recouvert par les pièces qui couvriront les côtés . Ici pas moyen de faire autrement que de coller .

[ Image ]

Pour le positionner, on l'enfile d'abord sur la canne de frein à main, puis on le fait glisser entre la colonne de direction et tablette .

[ Image ] [ Image ]

Une fois la pièce correctement positionnée, on la maintient en place d'un côté , ici à l'aide de serre-joints.

[ Image ]

On encolle la première partie de la moquette et la tablette . Non , non, ce ne sont pas des fils d'araignée mais de colle . On attend quelques minutes avant d'appliquer .

[ Image ] [ Image ]

Comme la moquette n'est pas très souple, et qu'elle doit suivre plusieurs directions, je préfère la mettre sous pression pour l'appliquer du mieux possible .

[ Image ]

Il reste à faire la même opération à gauche. il faut se débrouiller pour paser le pinceau entre la tablette et la moquette .

[ Image ]

On peut continuer avec la pose des deux pièces latérales . Il faut d'abord ajuster la hauteur pour qu'elle tombe bien

[ Image ]

Ca coince un peu au niveau du tunnel : l'échancrure aurait gagné à être un peu plus large . La découpe de la courbure côté droit ne suit pas tout à fait celle de la portière , c'est mieux à gauche .

[ Image ] [ Image ]

Ces 2 éléments sont constituées de 2 pièces cousues l'une à l'autre , créant ainsi une surépaisseur .

[ Image ]

Le bossage sous lequel se trouve la fixation du train arrière doit être revêtu par une pièce indépendante . Comme je ne veux pas coller, il va falloir fixer les deux éléments l'un à l'autre . Repérage de la position de l'une sur l'autre . Le serre-joint servait ici uniquement de butée pour positionner correctement la grande pièce de moquette .

[ Image ] [ Image ]

Un peu de couture : en cousant juste au niveau du passepoil , la couture est invisible.

[ Image ]

On continue avec la couture : de la bande velcro est cousue au niveau des seuils de marche .

[ Image ]

La bande velcro autocollante est fixée sur les seuils . J'ai dévissé tour à tour chaque vis, pour les faire passer à travers la bande velcro .

[ Image ]

Il n'y a plus qu'à mettre en place . Pour fixer la moquette à l'avant , je profite d'un percement existant pour mettre une vis qui sera quasiment invisible

[ Image ] [ Image ]

Quelques pointes "tête homme" sous le passepoil, permettent de fixer au niveau de l'arrondi de la portière.

[ Image ]

Mêmes opérations à gauche . D'abord la couture,

[ Image ]

Fixation du velcro sur les barres de seuil

[ Image ] [ Image ]

Clous et vis à l'avant

[ Image ]

Dans la partie centrale et à l'arrière , il n'y a pas de velcro, je me résouds à percer pour mettre une vis

[ Image ] [ Image ]

Un petit aperçu de l'élément posé à gauche . La moquette ne baille pas, si ce n'est au niveau du bourrelet de jonction ; la fixation par velcro me parait suffisamment résistante .

[ Image ] [ Image ]

La moquette est fixée seulement à son bord supérieur . La thibaude et la moquette recouvrant le plancher la presseront contre la tôle .

[ Image ]

Il ne reste plus qu'à mettre en place les 2 panneaux vers les jambonneaux . A droite,

[ Image ] [ Image ]

puis à gauche,

[ Image ]

C'est fini pour la moquette . Un petit souci d'éclairage a nuit à la qualité des dernières photos .

[ Image ] [ Image ] [ Image ]

retour à l'accueil : ici

 

© 2010 | page d'accueil | nous contacter | réalisation | 5.85 ms